POESIE LIBEREE

Mercredi 26 mars 2014 3 26 /03 /Mars /2014 09:33

 

LE VENT

 

Si folâtres les tâches du vent

Modeler à son gré

les nuages

Laisser place

au soleil et

donner au ciel

sa lumière azurée

 

Faire danser les feuilles mortes

et tournoyer

jusqu'à l'oubli

Faire murmurer l'herbe

des champs et des jardins

Faire frissonner la surface

des eaux et

frémir la mer

 

S'amuser comme un fou-fou    

éperdu de liberté

Oh ! Que ne suis-je le vent pour que

s'envolent

les graines des poètes

 

Denise Doderisse

 

Par Denise Doderisse - Publié dans : POESIE LIBEREE
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Samedi 22 mars 2014 6 22 /03 /Mars /2014 09:34

 

 

 

J'aime ce moment où 
l'haleine du printemps fluide et parfumée
déplisse délicatement 
                                       les frêles jupes des bouleaux
remplit d'ardeur joueuse 
                                       les chatons du saule 

J'aime ce moment où 
la lumière diaphane du printemps
exalte la violine 
                                       des hampes de la monnaie du pape
adoucit 
                                       le blanc des thlaspis
où leurrées par le bleu myosotis et le jaune forsythia 
les boules de neige frétillent ingénument
et adressent un dernier clin d'œil à l'hiver enfui…

Je souhaite que ce moment de grâce 
perdure avec éclat et à jamais
 dans le chaos sélectif de mes souvenirs ...

 

Denise Doderisse
Par Denise Doderisse - Publié dans : POESIE LIBEREE
Ecrire un commentaire - Voir les 8 commentaires
Vendredi 7 mars 2014 5 07 /03 /Mars /2014 07:36

Comme une plume

je vais volant à la rencontre des

alizés si doux

au-dessus 

d'une mer turquoise où 

l'écume des vagues

serpente

le long de la barrière de

corail

Je vole en toute

sérénité

La douceur de l'alizé

s'estompe et je 

tombe dans 

la mer où je me 

noie

 

 

Denise Doderisse

Par Denise Doderisse - Publié dans : POESIE LIBEREE
Ecrire un commentaire - Voir les 6 commentaires
Mercredi 25 juillet 2012 3 25 /07 /Juil /2012 20:08

SUR DEUX RIMES

 

 

 

J’ai tout entendu

Tout c’que j’ai voulu

Idées farfelues

Que j’ai décousues

Discours m’as-tu-vu

Vrais tohu-bohus

Discussions indues

Que j’ai pourfendues

Or j’n’ai rien voulu

 

Et j’n’ai rien compris

Moi toute ébahie

J’ai fort tressailli

Quand ils ont senti

Que tout compromis

Ou tout vil lazzi

Pour le moins haï

Ne serait permis

 

Ils m’ont cru perdue

Prise au dépourvu

Devant l’imprévu

De leur point de vue

Une obtuse imbue

De l’enfer venue

 

Mais je n’ai rien dit

J’ai beaucoup appris

Dans la sombre nuit

J’ai désobéi

Je me suis choisie

 

Toute honte bue

Perdue pour perdue

Sans sous-entendu

J’les ai confondus

 

 

 

Denise Doderisse

Par Denise Doderisse - Publié dans : POESIE LIBEREE - Communauté : melting pot
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Jeudi 12 juillet 2012 4 12 /07 /Juil /2012 12:00

Puisque c'est un moment propice pour les papillons, ce billet ( en vers blancs * extraits de poèmes de Francis Ponge) fait appel à eux.    

 

 

4378943381_9900123cf5.jpgPhoto par robertlafond2009 sur Flickr

 

 

DE LA PATIENCE

 

 

 

Le papillon erratique ne se pose plus

Mais laisse dans mon esprit et sur ce papier

Une flaque froide d'où s'élève aussitôt

Quelque chose comme la couleur dans le tube.

 

 

L'on demeure au reste sans paroles pour avouer

A la fin d'une trop courte étude menée,

Ces retours de la joie, ces rafraîchissements.

Mais ceci est un terme ou une perfection.

 

 

C'est un produit de la patience humaine, patience…

Elle m'échappe, échappe à toute définition

Mais laisse sur le papier des traces, des taches

D'où les papillons tout à coup prennent leur vol.

 

 

 Denise Doderisse

 

 

Le vers rimé



Le vers rimé est celui le plus utilisé à l'heure actuelle. Les vers doivent rimer entre eux (c'est pourquoi les vers rimés vont toujours au moins deux par deux) mais il n'y a pas de contrainte de syllabes ou de rythme particulière.


*Le vers blanc



Le vers blanc est l'inverse du vers rimé. Il ne contient pas de rime et peut donc être utilisé seul ou en nombre impair. En revanche il est assujetti à des contraintes rythmiques et syllabiques : le nombre de syllabes est fixé d'avance et doit être respecté. Par exemple, si l'auteur se fixe un nombre de syllabes égal à 5, il ne doit pas en écrire une de plus ni une de moins.
Pour compter le nombre de syllabes, on dénombre les voyelles qui se prononcent. Mais attention, le e muet suit une règle spéciale : devant une voyelle, il ne se prononce pas, devant une consonne, il se prononce.
Le vers blanc est peu utilisé en littérature française. On en use surtout pour traduire la poésie étrangère (exemple : la traduction de l'Iliade par Frédéric Mugler en vers blancs de quatorze pieds).

Par Denise Doderisse - Publié dans : POESIE LIBEREE - Communauté : Ami-mot
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires

Présentation

Derniers Commentaires

Recherche

Partager

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>

Syndication

  • Flux RSS des articles
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés